Avec la sortie toute récente de la RX 480 chez AMD et des GTX 1070 et 1080 chez Nvidia, nous sommes officiellement entrés dans une toute nouvelle génération de cartes graphiques. Un processeur quadcore et 8 GB de RAM sont devenus des standards pour nos PC de jeu. Les nostalgiques dans l’audience se diront sûrement “mais qu’en est-il de mon bon vieux Core 2 Quad ?”, alors que les jeunes loups clament haut et fort qu’un i5 de quatrième génération a sa place dans un musée.

"Dire que ça fait 70 ans, 2 mois et 13 jours qu'elle est enterrée là..."

Nous avons pu récupérer une machine datant de l’époque sombre qu’était l’année 2006. La config est la suivante:

  • Intel Core 2 Quad Q8400 2.66GHz
  • 4 Go RAM (2x 2Go) DDR2
  • Alimentation et boitiers Antec d'époque (mention spéciale pour l'alimentation qui développe du 80+ Bronze, les alimentations certifiées n'étant pas légion en 2006, encore moins lorsque fournies avec un boitier)

Les seules modifications opérées sont le remplacement du disque dur (un velociraptor de 40.000 heures tout de même!) par un SSD de 500Go récupéré sur un ancien projet, et la vieille 8600GT par une carte gaphique supportant DirectX 11, à savoir une MSI GTX 750Ti Gaming TwinFrozIV OC 2Go, provenant elle aussi de récupération. Comme quoi, rien ne se perd!

Une fois dépoussiéré, remis en état et Windows 10 installé, nous allons pouvoir découvrir comment ce PC se débrouille sur des titres récents, à savoir:

  • Grand Theft Auto V (benchmark intégré au jeu)
  • Fallout 4 (DLC Far Harbor, déplacements sur l’île)
  • Rise of the Tomb Raider (complexe soviétique)
  • Le test range de Battlefield 4 car connu pour tirer sur le CPU.

Ces jeux seront tous testés avec les mêmes réglages: preset moyen, sans anticrénelage ni filtrage anisotrope, vsync désactivée, en plein écran 1920x1080.

Grand Theft Auto V

Pour GTA, c’est la grosse galère concernant le chargement des textures. Dans certains cas, le PC va au mieux afficher un polygone avec un masque douteux, au pire ne rien afficher du tout. Et une fois tout ce petit monde chargé, le jeu peine un peu à maintenir les 30 fps constant, plaçant la moyenne à 30 fps tout rond. la qualité “moyenne” étant la plus basse sur GTA, il faudra malheureusement s’en contenter.

Au mieux...

Au pire….

 

Fallout 4

Le simulateur de randonnée radioactive numéro 1 est de retour et vient botter des fesses de goule ! Le jeu passe ici à 46 fps de moyenne, de quoi dérouiller du pillard en toute sérénité. Il est cependant très subjectif de parler de qualité des graphismes, puisque même en ultra c’est loin d’être le point fort des RPG Bethesda. Ainsi, on peut dire que même en moyen, le jeu reste dans les standards de beauté en restant fluide.

Rise of the Tomb Raider

Le nouvel opus des aventures de l’archéologue la plus connue au monde met une sacrée claque graphique, même en moyen. Cependant, le PC peine à maintenir la barre des 30 fps, tombant régulièrement sous le seuil de douleur des 25 fps. Pour une moyenne de 26 fps, nous vous recommandons vivement de diminuer la qualité graphique au minimum, le jeu restant agréable visuellement parlant.

Même avec tous les effets désactivés et les détails de texture en moyen, le jeu reste très agréable graphiquement parlant.

Battlefield 4

La plupart des jeux aujourd’hui ne tirent pas ou peu sur le processeur. Toutefois, Battlefield est connu pour utiliser tout particulièrement les effets de particules, qui mettent plus d’un processeur sur les genoux. Il s’agit donc du test ultime pour savoir si notre bon vieux Core 2 quad est encore dans la course.

Et à notre grande surprise, il passe le test haut la main. 86 fps de moyenne sur le test range, avec des particules de béton, bois et métaux qui virevoltent dans tous les sens, le tout en conservant des graphismes on ne peut plus agréables, nous faisant presque oublier que nous sommes en moyen et non en ultra.

Bonus Stage: Firestrike

Que serait un review hardware sans un bon petit Firestrike des familles ?
Nous obtenons, tout stock, un score de 3640 points, nous plaçant dans l’entrée de gamme des PC de jeu modernes. Toutefois, à GPU égal, nous nous plaçons en dessous d’un FX-4300 ou d’un G3258 tous deux à leurs fréquences d’origines, plus élevées que pour le Core 2 Quad (respectivement 4.0GHz et 3.2GHz pour le FX et le Pentium). Là encore, un petit overclock permettrait de grapiller des points.

Comparatif avec le Pentium et le FX

Et au travail, ça donne quoi ?

Il va de soi que la plupart des configurations de ce type que l’on récupère ici proviennent d’un parc informatique professionnel renouvelé. Du coup, que vaut encore un PC comme ça pour les travaux habituels de bureautique, voire un peu plus coriaces type retouche photo avec Photoshop ou rendu 3D avec ici Cinebench R15 ?

La Bureautique: vainqueur par défaut

Notre configuration s’en sort à merveille ici: les pages Internet s’ouvrent rapidement et les logiciels sont très vite chargés (merci le SSD), ce qui n’est en soit pas surprenant vu le peu de ressources demandé par ce type d’activités.

Toutefois, nous recommandons aux utilisateurs de Google Chrome de passer leur configuration à 8GB si vous aimez avoir une multitude d’onglets ouverts.

Photoshop

N'espérez pas faire de gros travaux avec ce PC, qui devient vite limité par sa RAM. Une fois les dimensions ayant dépassé les 1000px chacune, attendez vous à de gros risques de crash. Si vous travaillez sur des posters, nous vous recommandons vivement de mettre d’office le maximum proposé par ce processeur, à savoir 8Go.

Cinebench R15

Malheureusement, le Q8400 n’est pas à l’aise à sa fréquence stock, puisqu’il nous gratifie d’un maigre score de 176 points, se plaçant derrière un i5 basse consommation de processeur portable, ou même du Pentium G3258 du haut de ses 235 points (375 points lors de son overclock tout de même !). Sous réserve d’avoir un refroidissement adéquat, il serait possible d’obtenir un gain conséquent avec un overclock.

En revanche, pour du rendu OpenGL le processeur est encore d’actualité grâce à un score honorable de 37.50 fps, obtenu en partie par l’aide de la GTX 750Ti.

Au final

 Il va sans dire que les plus gros titres du moment tournent avec difficulté, et que de lourds travaux ne sont plus la tasse de thé de ce genre de configuration. Bien qu’elle commence lentement mais sûrement à tirer vers sa fin de vie technologique, il faut rappeler que ce terme arrive au bout de dix longues années de bons et loyaux services tout de même.

Toutefois, un petit overclock (non réalisé dans le cadre de ce bench car pas de quoi refroidir le processeur) et une plus grosse carte graphique, agrémentés de 8GB de RAM au lieu de 4, pourraient permettre d’obtenir de meilleures performances que plus haut.

De plus, sur les titres un peu plus modestes, cette configuration offre des performances tout à fait honorables pour un casual gamer qui veut s’amuser à faible coût et sans prise de tête.

Ainsi, si jamais quelqu’un vous donne ce genre de PC, ne le jetez pas ! Greffez lui une petite GTX (ou R7) pour votre petit frère, faites-en un super PC de bureautique ou de travail pour vos parents, un serveur, les possibilités d’utilisation sont infinies ! Surtout qu’il n’est vraiment pas compliqué de monter pièce par pièce à partir de récupérations à droite à gauche ce type de config, le Saint Graal restant bien évidemment de tomber sur une config haut de gamme (carte mère SLI et 8GB de DDR2 voire DDR3 sur les cartes mère “combo”).

Et pour finir, le graph de résumé !